01 48 74 16 48 contact@sneca.fr
L’épuisement psychologique lié au manque de boulot ou à la sous-qualification est une réalité qu’il ne faut pas taire pour éviter bien des drames.

L’activité, c’est comme faire du vélo. Quand on arrête de pédaler, on se casse la figure. C’est la comparaison choisie par le docteur François Baumann pour expliquer le bore-out, une forme d’épuisement nettement moins connue que le burn-out et qui, pourtant, peut aussi faire des ravages. Dans son dernier livre, Épuisements*, ce médecin généraliste – membre d’un groupe de travail à la Haute Autorité de santé sur le burn-out et auteur de plusieurs ouvrages sur la souffrance au travail – consacre un chapitre à ce phénomène qui peut faire sourire les salariés surchargés, rêvant d’avoir moins de boulot, des plages de temps libre et donc moins de stress.

[dt_button size= »small » style= »default » animation= »none » color_mode= »default » icon= » » icon_align= »left » color= » » link= »http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/bore-out-l-ennui-au-travail-peut-rendre-malade-07-02-2017-2102934_57.php » target_blank= »true »]Lire la suite[/dt_button]