01 48 74 16 48 contact@sneca.fr
Instaurées en 2008, les ruptures conventionnelles permettent à un employeur et à un salarié de mettre fin d’un commun accord au contrat de travail qui les liait. Le salarié bénéficie de l’assurance chômage, ainsi que d’une indemnité spécifique. Cette dernière est négociée librement entre les parties. Elle ne peut cependant être inférieure à l’indemnité minimum de licenciement prévue par la loi1 ou, le cas échéant, à l’indemnité de licenciement prévue par la convention collective de la branche où travaille le salarié.

Mais combien les salariés perçoivent-ils réellement ? Pour le savoir, la Dares a passé au peigne fin les 360 000 demandes de ruptures conventionnelles (soit 14 % de l’ensemble des fins de CDI) homologuées par l’administration en 2015. Elle a d’abord calculé pour chaque niveau de salaire l’indemnité médiane, autrement dit le montant qui divise les salariés ayant perçu ces indemnités reçues en deux groupes égaux, l’un ayant perçu davantage que cette indemnité médiane, l’autre moins.

[dt_button size= »small » style= »default » animation= »none » color_mode= »default » icon= » » icon_align= »left » color= » » link= »https://www.alternatives-economiques.fr/indemnites-de-rupture-conventionnelle-cadres-grands-gagnants/00082969″ target_blank= »true »]Lire la suite[/dt_button]