01 48 74 16 48 contact@sneca.fr
Malgré leur apparente neutralité, les critères utilisés au niveau de la branche ou en entreprise pour évaluer les emplois sont souvent fondés sur des stéréotypes qui pénalisent les métiers à prédominance féminine.

Plafond de verre, temps partiel, ségrégation professionnelle, congés maternité, discrimination pure et simple… autant de facteurs évoqués lorsqu’on parle d’inégalités salariales entre les femmes et les hommes. Il en existe toutefois un autre, bien documenté dans plusieurs pays francophones, mais encore peu étudié en France : la sous-valorisation des emplois à prédominance féminine. En 2013, un « guide pratique » publié par le Défenseur des droits (à l’époque, Dominique Baudis) y a été consacré, avec l’objectif explicite de munir « tous ceux qui évalueront les emplois et négocieront les classifications professionnelles » d’un outil « soulignant les biais qui peuvent fausser l’évaluation ».

[dt_button size= »small » style= »default » animation= »none » color_mode= »default » icon= » » icon_align= »left » color= » » link= »https://www.latribune.fr/economie/france/quand-l-inegalite-se-cache-dans-les-classifications-des-emplois-771041.html » target_blank= »true »]Lire la suite[/dt_button]