01 48 74 16 48 contact@sneca.fr
Si l’initiative d’un référendum peut désormais revenir à la direction générale d’une entreprise, c’est une arme à double tranchant. Le groupe Intermarché vient de le comprendre en déclarant, le 25 août dernier,  le référendum organisé par un de ses magasins  « nul et non avenu », car il « ne respectait pas la réglementation du secteur ».

Intermarché aurait bien peu goûté le « bad buzz » et la polémique suscités le dirigeant d’un de ses magasins. Samedi 25 août dernier, la direction du groupe a fait savoir au « Parisien », que le référendum lancé, auprès des salariés du magasin de Villemagne-l’Argentière, dans l’Hérault, pour qu’ils renoncent à prendre leurs congés l’été, en période touristique, était « nul et non avenu » en raison du non-respect de « la réglementation du secteur ».

Si l’initiative d’un référendum revient tantôt à la direction, tantôt aux syndicats, dans les deux cas, c’est une arme à double tranchant. Explications pratiques des « Echos Executives » en 10 points.

[dt_button size= »small » style= »default » animation= »none » color_mode= »default » icon= » » icon_align= »left » color= » » link= »https://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/ressources-humaines/dialogue-social-ce/0302165611877-referendum-en-entreprise-mode-d-emploi-322888.php » target_blank= »true »]Lire la suite[/dt_button]