01 48 74 16 48 contact@sneca.fr

Le gouvernement a donc présenté sa nouvelle carte de France. Plus de rouge mais du Orange en Ile de France, Mayotte et Guyane. Concrètement, qu’est-ce que cela va changer au Crédit Agricole. Pas grand-chose nous direz-vous.

Concernant la situation des collègues en arrêt COVID (garde d’enfants ou arrêt pathologique), la Fédération du crédit agricole a apporté les précisions nécessaires ce mardi. Rien ne change pour le mois de juin. La Branche Crédit Agricole n’aura toujours pas recours au chômage partiel. Ces collègues devront en priorité être placés en télétravail, comme avant. Si malheureusement le télétravail n’était pas possible pour eux, ils seraient mis « en absence autorisée rémunérée », comme c’était le cas au mois de mai. Cette situation ne vaut que pour juin. Au-delà, aucune décision n’a été prise.

Où en sommes-nous du post-confinement dans notre Branche. Dans la plupart des entités, les plans post-confinement ont été présentés dans les CSE pour avis.

Là encore on a retrouvé les têtes de classe, avec des Caisses régionales ou entités intégrant parfaitement les représentants du personnel aux travaux. Elles n’étaient malheureusement pas légion. Et puis, il y a le (gros) ventre mou des entités qui ont fait le job, qui se sont essentiellement appuyées sur le protocole de dé-confinement gouvernemental.

Enfin, il y a les derniers de la classe. Souvent les mêmes. Les Directions de ces Caisses régionales devraient pouvoir suivre en priorité une formation sur le « dialogue social pour les nuls ». On a même vu des Caisses régionales qui présentaient des mesures en CSE, et qui appliquaient le contraire sur le terrain, une fois l’avis donné. Si si, ça existe.

Cerise sur le gâteau, nous avons été sollicités par des élus d’une Caisse régionale qui avait « oublié » de présenter son plan de dé-confinement. L’oubli a été réparé…hier, avec un dossier présenté en CSE. Et devinez quoi ? La Direction demande un avis aujourd’hui aux élus !!!

On croit rêver. Déjà que les ordonnances ont réduit le délai de consultation de 30 jours à 8 jours, voilà qu’une Caisse régionale demande un avis sous une journée !!!

On aura décidément tout vu en termes de dialogue social dans notre bonne branche Crédit agricole.

.

raison d'être SNECA