01 48 74 16 48 contact@sneca.fr

La pause estivale se termine pour la plupart d’entre nous. Et déjà les premières questions qui se posent.

  • Comment va se dérouler la rentrée ? Quel protocole sera appliqué dans les Caisses régionales pour continuer à lutter contre la COVID ?
  • A quand le télétravail organisé dans toutes les Caisses régionales ?
  • Quels impacts pour l’intéressement des salariés de la Branche Crédit Agricole si CASA ne verse pas de dividendes ?

Voici les quelques questions, non exhaustives, que nous nous posons et que vous nous posez.

Concernant le protocole de rentrée, nous dirons que les alternatives sont minces: le gouvernement a annoncé mardi que le port du masque deviendrait obligatoire dans les espaces de travail « clos et partagés », y compris donc, dans les open spaces.

Porter le masque pendant 8 heures, ce n’est franchement pas simple, mais il faudra se plier à cette injonction. Le SNECA demandera que cette contrainte soit prise en compte dans les organisations des entités de la Branche (pauses plus fréquentes par exemple). Le port du masque est certes une obligation. Mais il faudra faire preuve de pédagogie et ne pas sanctionner les salariés qui auraient « oublié » de porter le masque. Là encore le dialogue devra être constant.

Le SNECA, comme le préconise d’ailleurs le gouvernement, demande que le télétravail soit privilégié, chaque fois que possible.

A ce sujet, où en est-on du télétravail au Crédit Agricole? Nous ne désespérons pas de voir la FNCA accepter d’ouvrir enfin une négociation. Ce serait quand même inconcevable que la Branche Crédit Agricole ne s’empare pas de ce sujet, et le renvoie en négociations locales.

Enfin, concernant l’intéressement versé dans les entités de la Branche Crédit Agricole, il n’a échappé à personne qu’il pourrait être en forte diminution si CASA ne versait pas de dividendes. Cette décision de la BCE ne doit pas impacter la rétribution globale des salariés.

Certes, la négociation de l’intéressement est du niveau « local ». Mais ce sujet devra être abordé au niveau de la branche. N’est ce pas à ce niveau qu’a été négocié l’accord rétribution globale… qui a impacté l’intéressement?

Ce serait incompréhensible que la branche botte en touche, en invoquant le « c’est pas moi, c’est lui ». La branche doit également, sur ce sujet, prendre ses responsabilités.

Dans le cas contraire on pourrait dire une nouvelle fois, mais à quoi sert la branche?

 

raison d'être SNECA